“ Le Secret du Copywriter: Suite 7 ”

On 1 août 2017 · 0 Comments

 

Bonjour,

 

C’est Jean-Paul, j’espère que vous allez très bien,

Merci beaucoup de visiter ce blog.

Si vous vous intéressez au développement personnel, Vous trouverez sur ce blog, des belles histoires, des histoires positives, des histoires inspirantes, des histoires pour lire, des vidéos émouvantes, des histoires à méditer, des histoires à raconter.

Vous allez découvrir ci-dessous une nouvelle histoire.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

GRATUIT: J’ai des Histoires et des Cadeaux,
que je Pourrais Vous Offrir (Cliquez ICI pour Voir)

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

  “ Le Secret du Copywriter: Suite 7 

Le Secret du Copywriter: Suite 6

https://www.pexels.com/photo/iphone-notebook-pen-working-34578/

 

  » Le Secret du Copywriter: Suite 7  »

  « L’orchestre ? » résonna la voix du
vieil homme.
 
« Oui, dit le rédacteur publicitaire,
« vous vous rappelez, l’orchestre que
nous avons formé le lendemain de mon
arrivée. On ne peut pas encore dire
grand chose, mais cet orchestre va
triompher. 32 pièces jusqu’à présent et
4 répétitions par semaine. Ils seront
prêts pour l’anniversaire.

« Seth T. Grover hocha sa tête. « Quel
anniversaire ?

« Wilkinson sourit tandis que Barker
lui répondit. »Mais c’est l’anniversaire de
l’affaire, monsieur. La maison fête ses
40 ans d’ici une semaine et nous avons
pensé à célébrer une telle occasion. »

On frappa à la porte.

« Entrez ! » dit le propriétaire.

Le personnage astucieux, qui l’avait
accompagné durant la matinée, entra.

« J’ai inspecté votre entreprise et je
suis très satisfait », dit-il. « Quels
sont vos termes ? »

Soudain, le vieux commerçant sourit.

« La maison n’est plus à vendre, »
dit-il.

IV

La matin suivant le 40ème
anniversaire de la compagnie Seth T.
Grover, le fondateur de la maison était
assis à son bureau en train de lire la
page no. 221 de l’album du magasin, car
sur cette page il y avait l’histoire de
l’anniversaire racontée par les
journaux du matin.

Mademoiselle Skinner entra portant
une grande pile de lettres et les mit
gentiment sur le bureau de Grover.

« Encore des félicitations ? » demanda
son patron.

Mademoiselle Skinner sourit et fit
signe qu’oui.

« Mon Dieu, s’exclama le vétéran en
voyant la première lettre. « Ça vient de
loin, de la côte! Barnes & Telfer. San
Francisco. Comment diable, ont-ils
appris que nous célébrions notre 40ème
anniversaire ? Et voilà les meilleurs
voeux de New Orléans et de Portland,
Maine, et plus encore, de New York. Ce
qui m’intrigue c’est qui les a
informés ? »

Mademoiselle Skinner sourit de
nouveau.

« Monsieur Barker a commandé des
cartes gravées, » dit-elle, « et il m’a
prié de les envoyer aux départements
des magasins  les plus importants et
des maisons partenaires. Il a dit que
vous étiez tellement modeste que vous
pourriez refuser, donc, il a décidé de
le faire lui-même. Et voilà une copie
de l’article sur l’anniversaire envoyé
par Associated Press à la suggestion de
monsieur Barker. Il dit que cela
apparaîtra aujourd’hui dans les
journaux de tout le pays »

Tandis que le propriétaire enchanté
de la maison de 40 ans lisait ses
lettres de félicitations, John Hancock
Barker fixait du regard une longue
lettre.

« Maintenant ils me veulent, »
murmura-t-il.

Il plia la lettre et la mit, avec
d’autres papiers, dans l’un des
compartiments de son spacieux livre de
poche. Puis, il aperçut la détective du
magasin qui passait devant sa porte et
l’appela.

« Mademoiselle Burns, » dit-il, « vous
vous êtes rendue compte que je vous
appelle toujours Mademoiselle Burns
durant les heures de bureau et Mary
après ? »

La jeune femme sourit et rougit. « Je
suppose que vous l’avez remarqué, Mary. »

« Nous sommes pendant les heures de
bureau, » dit-elle modestement.

Il ria doucement.

« Très bien, mademoiselle Burns, »
dit-il. « J’ai quelque chose de très
important à vous dire. Ça a un rapport
à la lettre qui est arrivée ce matin et
qui porte un « message de bienvenue »
pour moi à Chicago. »

L’une des compétences des détectives
privés c’est de ne laisser entrevoir
aucun changement d’humeur. Et
cependant, monsieur Barker observa que
les joues de Mary Burns pâlirent sous
l’effet de ses mots.

« C’est une bonne occasion , »
continua-t-il, « une occasion que
j’attendais et- »

Elle l’interrompit.

« Qu’est-ce que monsieur Grover  fera
sans vous ? » demanda-t-elle.

Barker ria. « Oh, lui et le magasin,
ils se débrouilleront aussi sans moi.
J’ai tout planifié. Maintenant je me
concentre sur le département de
sécurité. J’ai été très surpris par ce
département le jour même de mon arrivée
ici. »

Mademoiselle Burns sourit. « On vous a
amené au bureau du patron, » dit-elle.

« Oui, mais rappelez-vous qu’il n’y
avait aucune preuve contre moi, »
remarqua-t-il. « Un peu plus tard, le
département de sécurité m’a averti que
j’avais besoin de quelqu’un qui prenne
soin de moi.  »

Mademoiselle Burns rougit. « Les mots
ne disaient pas ce que j’ai voulu
comprendre. Mais je n’ai pas cessé d’y
penser alors, après et  maintenant plus
que jamais , maintenant quand je dois
partir pour Chicago.  » Il s’arrêta.
Mary Burns examinait le dessin du
papier peint  mais n’osa pas parler.
Le rédacteur continua: « Je veux vous
dire une autre chose encore. Vous êtes
trop bonne pour ce boulot de détective.
Ce n’est pas un style de vie qui sied à
une jeune fille si gentille et je veux
que vous le quittiez. Depuis ce jour où
vous avez arrêté ce voyou dans le
départements des bijoux- »

« C’est pas moi qui l’ai arrêté »,
interrompit-elle « ‘vous l’avez vu en
premier, autrement il se serait
échappé. »

« De toute façon, je n’aime pas l’idée
de vous voir mener cette vie à cause de
votre position. Si je vous offrais
quelque chose de mieux, si je vous
proposais de changer d’ environnement,
de changer de travail, de changer – de
changer de nom, l’accepteriez-vous ? » Il
tendit sa main et elle y glissa la
sienne. Son regard passa du dessin du
papier peint au tapis en mosaïque.

« Si je m’en allais, » dit-elle
doucement, « qui – qui prendrait soin du
magasin ? »

« Si vous ne veniez pas, » répondit-il
pathétiquement, « qui-qui prendrait soin
de moi ? »   Le détective du magasin
tressaillit.

A SUIVRE…

©2008 Christian Godefroy, Chesières:
http://cpositif.com/

Je vous souhaite une excellente semaine,
à mardi prochain, pour une nouvelle histoire.

Bien amicalement,
Jean-Paul.

PS: “ Peut-être que ça va Vous INTÉRESSER ? ”
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

GRATUIT: J’ai des Histoires et des Cadeaux,
que je Pourrais Vous Offrir (Cliquez ICI pour Voir)

  • Chaque semaine, une Nouvelle histoire ou une vidéo.
  • Le livre: “ Histoires Magiques du Club-Positif ”
  • Un Accès à “ 30 Livres Gratuits de Développement Personnel ”
  • Le livre best seller d’Olivier Seban: “ Tout le monde mérite d’être riche ” (232 pages) 1ère Edition Complète.

( Vous recevrez un email chaque fois qu’une nouvelle histoire sera publiée )

ATTENTION !

Sur la prochaine page, Après avoir rempli votre email et Cliqué sur “ Je Veux TOUT Recevoir ” , “ Vous allez recevoir un email IMPORTANT dans les 5 minutes ” pour CONFIRMER votre inscription et ensuite un autre email pour TÉLÉCHARGER vos cadeaux.

Vérifiez si ces emails ont été envoyés dans votre dossier Courrier, Promotions ou Spams, et mettez mon adresse email dans votre liste de Contacts, merci.

Vous pouvez toujours vous désinscrire en un clic et Vos données personnelles sont confidentielles. L’inscription permet de recevoir vos cadeaux ainsi que des informations sur le site, et éventuellement des offres de services. Le service de collecte d’emails est géré depuis le Canada francophone. Vous disposez des droits d’accès, modification, opposition que vous pouvez exercer auprès du responsable du traitement: J-p Giret, 86000 Poitiers.

Pas d’obligation… Voir Mentions Légales complètes en haut de page. Nous respectons votre vie privée: Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et nous ne revendons jamais vos coordonnées à des publicitaires.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Si cette histoire vous a plu, Faites-la suivre… Merci d’avance.

 

 


Comments are closed.

 » Découvrez Les 50 Dernières Histoires « 
Archives